LeTunizien football Petites Annonces Tunisie Prénoms Arabes Radio Tunisie Recettes Tunisie Bons Plans TunisieAllo IslamArabica
LeTunizien Football Tunisie Annonces gratuites Prénoms Arabes Radios Tunisie Recettes Tunisie Bons Plans Voyage Allo Islam100 % Arabica


Derniéres News






Selon le dernier rapport de l’Oxford busines Group, la Tunisie est devenue un acteur clé de l'agriculture biologique un secteur qui devrait continuer de progresser. Au cours des dernières années, la production de semences biologiques a connu une forte augmentation, passant de tout juste 9 000 tonnes en 2002 à 170 000 tonnes en 2008.
L’Oxford Business Group (OBG) est un cabinet d’intelligence dont la mission est de fournir aux investisseurs étrangers les informations et les indications les plus complètes sur les possibilités d’investissement dans 25 pays émergents.

L’équipe d’Oxford Business Group, composée d'analystes internationaux a débuté ses recherches en Tunisie en 2002. Ses études sont désormais indispensables à la communauté d’affaires internationale dans un contexte de compétition toujours plus ardue entre les pays émergents.

Tunisie: Un Secteur en Pleine Croissance

Par L’Oxford Business Group

La Tunisie cherche à accroître son secteur agricole, y compris le domaine de l'agriculture biologique, dans le cadre d'un programme visant à améliorer la sécurité alimentaire domestique, à augmenter les revenus ruraux et à développer davantage un commerce d'exportation de produits agricoles déjà fructueux.

L'agriculture est l'un des piliers de l'économie tunisienne et a contribué à 23% du produit intérieur brut (PIB) en 2009, selon les chiffres publiés à la fin du mois de janvier par le ministère de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche. Alors que l'ensemble de l'économie a affiché une croissance de 3.1% au cours des douze derniers mois, on estime que le taux de croissance du secteur agricole a, quant à lui, doublé pour atteindre les 6%, malgré une légère chute de la valeur de la production oléicole.

Un des éléments clés de la jeune croissance agricole est le secteur de l'agriculture biologique, un modèle d'agriculture qui repose sur la rotation des cultures, les agents de lutte biologique, le non-recours ou le recours très limité aux engrais synthétiques et aux pesticides. Le gouvernement a reconnu que le domaine de l'agriculture biologique disposait d'un fort potentiel en matière d'exportation. Ainsi, dans le cadre de ses efforts visant à se faire une place sur le marché lucratif international des produits alimentaires biologiques, la Tunisie n'a cessé d'augmenter au cours des dix dernières années la superficie de terres agricoles cultivées selon des méthodes naturelles approuvées.

Ainsi, la Tunisie est devenue un acteur clé de l'agriculture biologique et se situe au deuxième rang à l'échelle africaine et à la 24e place au classement mondial en matière de production biologique - un secteur qui devrait continuer de progresser. Au cours des dernières années, la production de semences biologiques a connu une forte augmentation, passant de tout juste 9 000 tonnes en 2002 à 170 000 tonnes en 2008. Les recettes provenant des exportations ont également monté en flèche, atteignant les 33.5 millions d'euros, contre 1.7 million en 2003.

Cette augmentation de la production va de pair avec la hausse du nombre de terres cultivées : le nombre d'hectares cultivés est passé d'à peine 300 en 1999 à 285 000 en 2009. Dans le cadre du programme présidentiel pour 2009-2014, le dernier plan de développement quinquennal mis en place pour le gouvernement, ce chiffre devrait augmenter de plus de 40%. Ainsi, la culture de produits biologiques devrait s'étendre sur 500 000 hectares d'ici l'échéance du programme.

Le secteur de l'agriculture biologique couvre un vaste éventail de produits en expansion : 115 000 hectares sont actuellement consacrés à la culture d'oliviers, 600
autres hectares aux arbres fruitiers biologiques - l'arboriculture est un domaine similaire utilisé au profit de la culture de plantes aromatiques et médicinales - et 100 hectares supplémentaires servent à la culture de palmiers. En outre, les 163 000 hectares cultivés restants sont réservés à la forêt et à la culture céréalière.

Parallèlement aux efforts déployés sur le terrain, des mesures ont été prises afin de renforcer la commercialisation des produits tunisiens. Ainsi, en vue de mieux promouvoir ses produits alimentaires biologiques en Tunisie et à l'étranger, l'Agence de promotion des investissements agricoles (APIA) a recommandé la conception d'une étiquette de marque tunisienne afin d'offrir un profit international aux produits du royaume.

Conformément à la proposition de l'APIA, une cinquantaine de produits arboreraient une étiquette de marque tunisienne, au cours d'une période de trois ans, soit un gage de qualité pour les acheteurs étrangers, peut-on lire dans un récent rapport publié par l'agence.

Les chiffres avancés par l'APIA démontrent que les investissements au profit du secteur ont accru l'année dernière : 204 millions d'euros ont été injectés dans l'industrie, soit une augmentation de 12.6% par rapport aux dépenses enregistrées en 2008. Bien que certains des investissements aient profité aux nouveaux équipements, à l'amélioration des terres et à la formation, des investissements considérables ont été consentis afin de promouvoir l'approvisionnement en eau, l'un des éléments les plus élémentaires de l'agriculture.

Ainsi, dans le cadre de cette démarche, le gouvernement a redoublé d'efforts afin d'améliorer les services d'irrigation. Compte tenu des précipitations relativement faibles dans certaines régions et des sécheresses qui perturbent parfois la production, le Président Zine El Abidine Ben Ali a ordonné d'étendre le système d'irrigation du pays et de renforcer la protection des ressources en eau.

Actuellement, la Tunisie compte quelque 405 000 hectares de terres cultivées, dont la plupart sont dédiés à l'agriculture biologique. Un rapport rédigé par l'agence de presse d'Etat a mis la lumière sur la valeur ajoutée de l'irrigation des terres et de la meilleure utilisation des ressources. En effet, le rapport a démontré que bien que les terres irriguées ne représentaient que 8% de l'ensemble des terres utilisées pour l'agriculture céréalière, la culture irriguée contribuait à 37% de la production agricole, à 10% des exportations et à 27% des emplois de l'industrie.

Parmi les mesures prises afin d'améliorer les meilleures pratiques en matière d'irrigation figurent les subventions versées par l'Etat aux régions qui adoptent l'irrigation au goutte-à-goutte, un système permettant de réaliser des économies d'eau. Un autre programme est à l'étude et consisterait à recycler les eaux usées des zones urbaines au profit du secteur agricole. Ces projets et autres devraient à la fois encourager un plus vaste usage de l'irrigation et susciter un intérêt accru pour l'agriculture biologique, qui correspond bien à de telles méthodes.
Si les efforts déployés par le gouvernement permettent de garantir un approvisionnement en eau pour l'agriculture, alors les bénéfices pourraient être considérables. Les clients, notamment ceux des principaux marchés tunisiens en Europe, devenant de plus en plus sensibles aux questions telles que la présence d'additifs, de conservateurs et de produits chimiques dans les aliments, l'agriculture biologique représente un secteur de grande valeur en pleine croissance face auquel la Tunisie semble être bien placée pour tirer de nombreux profits.

Vous aimez cette article ? Merci de le partager !!!

Lire aussi :

Aucun Commentaire sur " La Tunisie, un acteur clé de l'agriculture biologique "