LeTunizien football Petites Annonces Tunisie Prénoms Arabes Radio Tunisie Recettes Tunisie Bons Plans TunisieAllo IslamArabica
LeTunizien Football Tunisie Annonces gratuites Prénoms Arabes Radios Tunisie Recettes Tunisie Bons Plans Voyage Allo Islam100 % Arabica


Derniéres News





Les cafetiers ferment les yeux sur les clients très jeunes

Tabagisme chez les enfants et les adolescents - Neuf ans, l'âge de la première clope


Les enfants fument de plus en plus jeunes. C'est vers l'âge de neuf ans qu'ils font l'expérience de leur première cigarette. Mimétisme, envie simple d'essayer ou désir de braver les interdits? On ne peut pas savoir ce qui trotte exactement dans la tête d'un enfant de neuf ans.

C'est au cours des premières années collège que les enfants, entrés en phase d'adolescence, testent leur première clope. C'est dans la tranche d'âge, allant de onze à treize ans, qu'on trouve le plus grand nombre d'adolescents ayant fait l'expérience de la première cigarette. La première fois a généralement lieu, soit en solitaire ou en groupe, dans la cour du collège ou devant l'établissement scolaire. Mais ces jeunes privilégient surtout la période des vacances pour fumer.

A Tunis, dans les quartiers populaires de la vieille Médina, des enfants foncent sur les petits bureaux de tabac du quartier pour acheter à la sauvette quelques cigarettes puis s'enfuient en flèche et disparaissent dans les dédales. Si certains buralistes ne se formalisent pas de l'âge de leurs jeunes clients et vendent des cigarettes à des enfants âgés de neuf, dix ans... sans avoir aucun sursaut de conscience, d'autres, par contre, préfèrent faire de la résistance. Mehdi, un buraliste, situé sur l'avenue Bab Jedid, qui connaît bien ce type de clients, refuse de céder à leur demande. «J'ai moi-même des enfants et je refuse de les voir fumer. Il en va de même pour les enfants des autres. Je trouve que commencer à fumer très tôt est très mauvais pour la santé. J'en ai fait l'amère expérience. Je fume depuis plus de trente ans. Cela a commencé par un jeu, puis c'est devenu une addiction. Je ne veux pas que des enfants se fassent prendre au piège de la cigarette». Voulant se faire de l'argent, d'autres buralistes vendent à la demande soit deux, cinq, dix ou un paquet de cigarettes sans se soucier de l'âge de leurs clients. «Je ne peux pas refuser car cela me permet de me faire de l'argent», raconte un autre buraliste, sis à la rue de Marseille.

Ambiance idéale dans les salles de jeux

Dans le quartier populaire de Kallaline, une scène attire le regard. Assis en cercle au pied d'un mur, des enfants âgés d'à peine onze ans fument à tour de rôle un narguilé, sous le regard indifférent des passants. Ce tabagisme précoce est encouragé par l'attitude indulgente des salons de thé et des cafés qui ne refusent pas l'accès à des clients très jeunes. Ces derniers peuvent s'installer dans l'espace fumeurs et fumer à leur aise sans que personne ne les importune.

Quant aux tout-petits, qui se voient interdire l'accès de ces espaces, se rabattent sur les salles de jeux où l'ambiance enfumée aidant, ils peuvent profiter de l'inattention du propriétaire et s'isoler dans un coin pour essayer leur première cigarette en compagnie de leurs copains. «J'ai essayé pour la première fois la cigarette à l'âge de douze ans, observe Hamdi, un jeune adolescent de 14 ans, rencontré à Bab Jedid. Depuis, je fume de façon occasionnelle. J'ai des amis de mon âge, par contre, qui n'arrivent plus à se passer de la cigarette. La première clope, ils l'ont fumée aussi à l'âge de 12 ans. Puis, ils ont commencé à fumer deux, trois, quatre cigarettes par jour. Maintenant, ils fument un paquet et demi».

Réalisée en 2010, l'enquête diligentée par la direction de la médecine scolaire et universitaire sur le tabagisme des jeunes a montré que c'est vers l'âge de neuf ans en moyenne que la plupart des jeunes adolescents essaient leur première cigarette. «Le facteur environnemental est en grande partie responsable de ce phénomène. Nous sommes dans une société où la cigarette est valorisée. Les enfants et les adolescents ont une image positive du fait de fumer. Par ailleurs, voir l'un de leurs deux parents fumer les encourage à essayer à leur tour la cigarette», a relevé la directrice de la médecine scolaire et universitaire qui espère que la nouvelle hausse du prix des cigarettes dissuadera les enfants et les adolescents de fumer.

Vous aimez cette article ? Merci de le partager !!!

Lire aussi :

Aucun Commentaire sur " Tabagisme chez les enfants et les adolescents - Neuf ans, l'âge de la première clope "